Fête de Songkran

 Un évènement bien arrosé

    C'est le nouvel an thaïlandais, correspondant au début du nouveau cycle astrologique: le soleil passe du Bélier en Taureau. Beaucoup d'établissements sont fermés (par sécurité, à cause de… débordements possibles). 

  

        Tradition millénaire, Songkran (du sanskrit "sankranti", i.e. révolution, celle de la terre autour du soleil), est sans doute la fête préférée des Thaïlandais, et beaucoup en profitent pour retourner dans leurs familles afin de célébrer l'évènement, payer leurs respects aux anciens et... arroser copieusement tout ce qui bouge. 

  

    Les festivités (hostilités?) peuvent durer une semaine (alors que les dates fixes et officielles/gouvernementales/nationales sont les 13, 14 et 15 avril, tous les ans). Ce qui n'était au départ qu'une cérémonie pleine de respect est devenu un défoulement débridé et propre, paraît il, à faire fuir les mauvais esprits (dont je suis !)... 

 

    Dans les campagnes, et chez les citadins qui observent les coutumes, la première journée est en principe celle du grand ménage de printemps, on nettoie la maison, puis tout le monde prend un bain "d'eau lustrale" et met des vêtements neufs. Les fidèles vont au temple pour écouter des discours sur le Dharma (la Loi Universelle).  

    Le deuxième jour, on prépare un repas en offrande aux moines et à la parenté. Dans la cour des temples, de petites pagodes de sable sont élevées et décorées de fleurs et de drapeaux (elles peuvent symboliser la maison d'une vie future).  

    Le matin du troisième jour, on ouvre la cage aux oiseaux, on remet les poissons à la rivière et on asperge d'eau bénite et parfumée les statues du Bouddha ainsi que la tête et les paumes des membres de la famille. L'idée sous-jacente est de laver les péchés de l'année… écoulée, et de se purifier.  

    L'hommage aux adultes est une part importante du rituel. Cela s'accompagne de cadeaux, en général des étoffes offertes par les plus jeunes à leurs aînés, et, en échange, ceux-ci les bénissent. Des statues du Bouddha sont convoyées en procession sur des véhicules et aspergées par la foule. En milieu de matinée, toutes les villes et les villages sont le théâtre de batailles rangées à coups de seaux et de fusils à eau. 

  

Liesse populaire 

    Dans tout le royaume, le long des routes et des rues, on peut voir des enfants en embuscade, prêts à arroser les passants (la plupart eux mêmes belligérants) qui osent s'aventurer à découvert. Souvent, des adolescents à mobylette forcent les barrages au risque de chuter. Des camionnettes à plateau patrouillent, chargées de combattants, armés d'une joie féroce, puisant leurs munitions dans des barils géants pour les déverser sur la piétaille. 

        Ce n'est pas du goût de tout le monde, et certains se rebiffent, mais c'est peine perdue. Des bus sont inondés et parfois même de paisibles motards perdent le contrôle de leur monture en recevant le contenu d'un seau d'eau glacée.  

   

        Certains "guérilleros" poussent le vice jusqu'à mélanger l'eau avec du talc ou de la farine, parfois même de différentes couleurs pour égayer le tout. Dans certaines provinces, cela peut durer jusqu'à deux semaines. 

 

    Chaque année maintenant, les grands axes qui permettent de quitter Bangkok sont embouteillés par toutes sortes de véhicules, car on estime entre trois cent et quatre cent mille le nombre de gens qui fuient la capitale pour rejoindre leurs familles et profiter des congés. Tous les moyens de transport (bus, trains, avions) sont réservés des mois à l'avance. 

    Ceux qui restent à Bangkok peuvent jouir d'un calme relatif et inhabituel. Les rues sont pratiquement désertes, et les déplacements beaucoup plus aisés. Mais, la tradition y est également respectée: beaucoup de gens se rendent au Sanam Luang (esplanade royale) et au temple ''Wat Pho'' afin d'obtenir des mérites en offrant des victuailles aux moines et en "baignant" la statue du Bouddha.  

 

    Les grands hôtels proposent des "Festivals Songkran". Pour ceux que cela intéresse, l'Office du Tourisme Thaïlandais (TAT) organise une journée "vannes ouvertes" sur la fameuse Khao San Road (bien connue des touristes et des routards). Si rien de tout cela ne vous inspire, louez des DVD et ne sortez pas de chez vous pendant quelques jours. Mais vous risquez quand même de vous faire tremper , juste au moment où vous pensiez qu'il n'y avait plus de danger. Vous êtes supposé riposter par un large sourire...  

                                                Raymond Vergé 

 PS: [Avis personnel]  

La semaine de Songkran est celle de tous les dangers en Thaïlande: des dizaines, voire des centaines de millions de bahts de manque à gagner à cause de l'arrêt des activités (en 2011 par exemple: le 'pont' s'allonge du mercredi 13/04 au dimanche 17 inclus: 5 jours de farniente, sans compter ceux qui restent plus longtemps dans leurs familles avant de reprendre le collier... Absentéïsme toléré!) et 700 morts [alcoolisés) supplémentaires en moyenne (100/jour) sur les routes. Une catastrophe nationale programmée tous les ans. Certains beaux penseurs disent que c'est un défouloir nécessaire. J'appellerais plutôt cela une soupape d'insécurité... 

 

De l'eau dans le "somtam" (Gavroche nº37 – Avril 1997) 
Averses permanentes sans éclaircies malgré un ciel dégagé pour le week-end de Songkran. Comme chaque année, les festivités de Songkran verront inévitablement les artères de la capitale dégorger leur lot d'arroseurs patentés. Bangkok sera transformée pendant plusieurs jours en un véritable Sarajevo aquatique d'ou ne sortiront ni vainqueurs ni vaincus, mais tous trempés jusqu' aux os. Des hordes fanatiques de jeteurs d'eau, armées de récipients aussi varies qu'improbables, poursuivront sans relâche quiconque aura eu la mauvaise idée d'être sec. 

 A Songkran, il faut être mouillé!
Arroseurs de tous poils y veilleront donc avec une vigilance et un soin rarement aussi volontaire sous pareil climat. Installés sur la plate-forme arrière  de  "pick-up" vrombissant dangereusement sur la chaussée déglinguée, munis d'une barrique pleine d'un liquide trouble et de gamelles aux couleurs criardes, de jeunes gaillards hirsutes dans la force de l'âge, passablement éméchés, vous arrosent sans discernement pour peu que vous ayez le malheur de passer à leur portée. Plus loin, une vieille squaw Issan au sourire édenté vous versera dans le cou une pleine casserole d'eau en gloussant. Enfin, de jeunes donzelles hilares en flip-flop vous talqueront la couenne sans autre forme de procès. Le yuppie, lui, restera calfeutre dans la rassurante pénombre vaginale de son automobile. Mais ce vaillant entrain déployé à 1'égard des plus secs prendra une dimension démesurée chez les plus jeunes.
 

A Songkran, tout est permis! 
A ce stade des festivités, vous pensez naïvement avoir subi tous les outrages. Loin s'en faut. C'est sans compter sur la présence disséminée ça et la de redoutables milices juvéniles déterminées a détremper avec une frénésie peu scolaire la moindre parcelle encore sèche de vos vêtements: une armada de petites pestes en culottes courtes qui vous arrosent gaiement, armées d'hydro-carabines à pompe, véritables Karchers assassins. Bien sur, le Farang, cible privilégiée du complot, en aura particulièrement pour ses frais. Quelles cibles plus attrayantes que ces créatures bizarres au long nez? «Khop-khan, khop-khan!»

A Songkran, sus au Farang! 
Progressant d'un pas souple et allègre sur les trottoirs approximatifs de la Cite des Anges, la tète plus ou moins vide et la vision aimantée par telle créature troublante en jupe courte attendant patiemment son bus a 1'ombre d'un arbre décati, le Farang ne remarquera point, l'idiot, la redoutable menace d'une grappe de teignes armées jusqu'aux dents et sournoisement embusquées à l'angle du prochain soi. Il paiera, le fou, le prix d'une telle inattention. Acculé comme une bête contre la vitrine d'un magasin, il lèvera les mains en un sursaut fatidique pour demander grâce à ses bourreaux. Mais déjà le gang de chérubins sans pitié, étouffant rires joyeux de comploteurs et ricanements farceurs, ouvre le feu sur leur victime misérable, vidant entièrement le réservoir de leurs flingues, le noyant presque, pour détaler finalement dans un fracas d'hilarité générale. Titubant, hagard, maugréant, le pauvre diable de Farang complètement trempé n'aura plus qu'à continuer son chemin vers le cinéma voisin où il projetait de se rendre initialement. Là, 1'air conditionné poussé à fond se chargera d'anéantir totalement sa santé déjà déficiente. Une vilaine pneumonie le clouera dans son lit d'ou bientôt ne s'échapperont plus que de pathétiques râles d'agonie.

A Songkran, Songkran et demi! 
Triste histoire en vérité qui nous amène logiquement à considérer d'un œil sceptique les méfaits de ces hydro-carabines à pompe. En réalité, cet arsenal étonnant n'est-il pas représentatif de la Thaïlande d'aujourd'hui? Un authentique symbole de l'antagonisme des traditions culturelles confrontées aux conjonctures de la vie moderne désirée? Le Thaïlandais d'hier se contentait pour arroser son prochain d'une gamelle en plastique de couleur préférablement criarde. Le Thaïlandais d'aujourd'hui se doit de posséder un arsenal moderne complexe (aux couleurs préférablement criardes). Bouddhas en pendentifs contre téléphones portables. Bâtons d'encens contre antennes satellites. Gamelles contre hydro-carabines à pompe. Le combat est par trop inégal et perdu d'avance. C'est l'effet-plus de la mondialisation modernisatrice. Bientôt, un Songkran virtuel sur le Net pour arroser le site de votre voisin. Les pixels n'ont qu'à bien se tenir. Sa-wat-di-pi-mai!

Max Dembo (Gavroche nº37 – Avril 1997) 

Songkran 2007 à Koh Chang  

Crédit photo: Victoire Meyer 

 


 

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 








Retrouvez Victoire Meyer sur:
 

VOICI UN TEXTE TROUVÉ SUR INTERNET IL Y A LONGTEMPS:
J'AI PERDU L'ADRESSE URL...
 

Songkran, régulateur social 

          Songkran est une fête importante pour les Thaïlandais mais qui est devenue célèbre et qui attire les touristes par ses débordements humides.En bref, Songkran marque le début de l'année Bouddhiste célébrée entre le 13 et 15 avril. C'est donc une fête religieuse et les Thaïlandais se rendent en masse aux temples pour des offrandes et des cérémonies. 

         Cette date coïncide aussi avec la saison la plus chaude et on en profite pour tout passer à l'eau dans une métaphore de la grande lessive de début d'année. Cela commence gentiment par de l'eau que l'on verse sur les statues du Bouddha puis avec retenue sur la tête de ses voisins et amis. Je vous épargnerai le discours lénifiant sur la joie de participer avec petits et grands au jeu de l'arroseur arrosé, au balai des pick-ups remplis d'eau et de combattants s'enfonçant dans les sois (petites rues) ou défilant dans les avenues à la recherche d'adversaires à noyer sous un déluge d'eau. De nombreux sites s'en chargent et d'ailleurs cette fête est reprise par l'Office du Tourisme Thaïlandais pour glorifier l'esprit Sanuk du pays du sourire. 

         Depuis quelques années c'est devenu surtout une période de défoulement intense qui mêle autochtones et étrangers dans des batailles épiques de cyberpistolets à eau multicolores et de cuvettes de toutes dimensions. Cela fait la joie des photographes mais participe surtout à l'équilibre d'une société constamment sous pression. 

         Dans un pays où vous devez  prendre garde de n'offenser personne, de respecter votre rang, de recevoir les insultes des mieux placés que vous et vous contentez de botter le cul du chien pour vous défouler, cet espace temporel hors des règles sociales constitue une merveilleuse aubaine! Tout le monde y passe, le policier, la commerçante, la Mercedes Benz et le touriste moyen car la norme sociale implique que l'on prenne cela avec le sourire. Celui- ci devient crispé pour certains après 4 jours quand on devient la cible d'un arroseur hilare à ce stade on parvient aux limites de l'interculturel… 

         Un peu de recul permet de se rendre compte qu'on ne boit pas que de l'eau pendant ces 4, 5 jours de fête ininterrompue et d'ailleurs on vous proposera souvent un verre de Mékong dans un grand élan de rapprochement de nos peuples et cultures, Chayo et vive le Roi! La  moyenne d'age étant plus près de 20 que de 50 dans la foule qui déambule, la chaleur, l'assurance d'une impunité totale dans des gestes habituellement proscrits permettent un rapide rapprochement des corps et des attouchements pas toujours chastes. Chacun profite de l'occasion, fille comme garçon et noue des contacts avec un partenaire de jeu éventuellement plus intime. 

         Certains analystes prétendent que le fort taux d'homosexualité et de travestis vient du peu d'occasions offertes aux jeunes de nouer des relations amoureuses. Les garçons se tournent alors vers des partenaires du même sexe ou vers les professionnels des salons de massage ou autres endroits de plaisirs tarifés et adeptes de la grande loterie du sida. Les filles ont les mêmes choix mais elles en profitent parfois pour vendre leurs charmes occasionnellement, en particulier aux touristes pas trop repoussants, joignant ainsi l'utile à l'agréable dans une existence matérialiste ou le plus et le mieux. Notons que ces observations concernent essentiellement Bangkok mais les mentalités évoluent si vites que celles-ci sont déjà interrogeables… 

         Saluons donc Songkran comme un facteur de diminution des névroses et autres troubles mentaux pouvant développer une meilleure harmonie sociale ! 

M. Berthelot 

PS: Ne boudons pas notre plaisir, Chiang Mai et Phayao furent mémorables en 2001, merci aux centaines de Thaïlandais d'avoir bien voulu jouer avec moi et ma bassine rouge! 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 

//www.lepetitjournal.com/content/view/26054/1013/ 

Songkran – Bilan : le nombre de tués en hausse en 2008.-
Cette année, le nombre de tués sur les routes durant les célébrations du Nouvel an bouddhiste a augmenté de 3,5% par rapport à 2007 ont annoncé hier les autorités thaïlandaises. Le bilan 2008 de Songkran fait état de 3.955 accidents de la route, dont 324 morts dans la période allant du 11 au 16 avril. "31.6% des accidents durant Songkran ont été imputés à la conduite en état d'ivresse" indiquait hier Wichai Kaowsurat, adjoint au ministre de l'Intérieur, ajoutant que 80% des accidents impliquaient des deux roues, et plus particulièrement les motocyclistes ne portant pas de casque. Le gouvernement avait pourtant lancé durant la période de congé, une campagne de sensibilisation sur les dangers de l'alcool au volant. Des mesures comme l'interdction de la vente d'alcool pendant le Nouvel an bouddhiste ou encore le port obligatoire du casque pourraient être prises pour l'édition 2009, indiquait le ministre de l'Intérieur, Chalerm Yoobamrung, en début de semaine. (www.lepetitjournal.com/bangkok.html avec AFP) vendredi 18/04/08. 

 

//www.lepetitjournal.com/content/view/36484/2430/ 

SONGKRAN – Divergences autour de la campagne anti-alcool  
Mardi 17 février 2009

Faut-il interdire toute vente d'alcool pendant le long week-end de Songkran ? Les réponses divergent au sein même du ministère de la santé, selon le Bangkok Post. Récemment, le ministre adjoint de la Santé, Manit Nopamornbodee, avait annoncé une interdiction totale entre le 13 et le 15 avril, dates du Nouvel an bouddhiste cette année. Mais ce week-end, son supérieur le ministre Witthaya Kaewparadai, s'est montré plus réservé. Il dit craindre qu'une telle mesure n'empire la situation dans l'industrie touristique. Une centaine de membres d'associations pour la sécurité routière a manifesté hier devant le ministère pour faire pression sur les autorités. Le week-end de Songkran est l'un des plus meurtriers sur les routes, avec celui du Nouvel an. (www.lepetitjournal.com/bangkok) mardi 17 février 2009. 

Songkran 2009 à Pattaya 

Crédit photo: Raymond Vergé 


 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 








































~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

[crédit photo: Jean-Claude Lerebourg]

SONGKRAN PATTAYA 19-04-09
Uploaded by naimrod  

#$%&@#$%&@#$%&@#$%&@#$%&@#$%&@ 

AVRIL 2011 

SCANDALE – Des adolescents dénudés lors de Songkran affolent le pays 

La police est actuellement à la recherche de plusieurs adolescents qui se sont partiellement dénudés lors des festivités de Songkran à Bangkok et dans les provinces de Phichit et Ang Thong au nord de la capitale, ont rapporté ce week-end les médias thaïlandais. Des vidéos montrant de jeunes femmes dansant seins nus dans le quartier de Silom à Bangkok ont fait le tour d'internet mais ont été rapidement censurées par les autorités. La presse thaïlandaise s'est emparée de l'affaire mais la presse en langue anglaise s'est bien gardée d'en parler. Recherchés par la police pour atteinte à la pudeur sur la voie publique, ces adolescents risquent une amende, mais le ministre de la Culture, Somchai Sianglai, souhaite y ajouter une peine de travaux d'intérêts généraux, consistant à se rendre dans des écoles du pays afin d'expliquer ce à quoi correspond la tradition de Songkran. Le ministère de la Culture appelle chaque année les jeunes Thaïlandais à respecter les traditions rattachées à la célébration du nouvel an thaïlandais comme rendre hommage aux ancêtres et aux adultes de la famille, se rendre dans les temples afin d'offrir de la nourriture aux moines ou verser de l'eau sur des effigies du Bouddha.

La vidéo du scandale est visible ici. (NDLR: rien de croustillant, les images sont floutées!)

M.B. (//www.lepetitjournal.com/bangkok.html) Lundi 18 avril 2011 

SANTÉ — Les migrations de Songkran offrent un tremplin à la dengue

Gare aux piqures de moustiques après Songkran, car le virus de la dengue pourrait se propager à la faveur des 2 millions de déplacements qu’effectueront les Thaïlandais lors des vacances du Nouvel An

Les personnes contaminées sont d’autant plus susceptibles de ramener à leur insu ce mauvais souvenir de vacances qu’une des formes de la maladie dénuée de symptômes passe totalement inaperçue. Elle n’est cependant pas anodine, car le fait d’avoir contracté une ou plusieurs dengues augmente statistiquement le risque de développer les formes sévères de la maladie qui se traduisent notamment par des maux de tête, forte fièvre, nausées et douleurs derrière les yeux. Les grandes migrations de Songkran inquiètent donc un haut responsable du ministère de la Santé alors que l’Autorité du tourisme prévoit plus de 2 millions de déplacements effectués cette année par les Thaïlandais pour retrouver familles et amis en province. Le docteur Sopon Mekthon rappelle que près de 18.000 personnes ont contracté la maladie entre janvier et mars 2013 — soit trois fois plus que l’année dernière durant la même période. La dengue a déjà tué 20 personnes cette année.

Ce développement de la maladie illustre les résultats d’une étude récente dont les médecins du BNH Hospital avaient dévoilé les points clés au Petit Journal tout en livrant leurs conseils de prévention. Généralement transmis par un petit moustique femelle noir strié de blanc (Aedes aegypti), le virus a malheureusement muté, devenant plus résistant à la sècheresse. Sa période de propagation n’est donc plus limitée à la saison des pluies tandis que les piqures peuvent désormais intervenir jusque tard dans la nuit. Face à cette vitalité du virus, les mesures de contrôle et d’éducation des populations n’ont guère porté leurs fruits. Le moustique serait présent dans un domicile sur quatre selon une enquête officielle conduite auprès de 300.000 foyers à travers 32 provinces. Le ministère de la Santé réitère donc l’importance de traiter régulièrement les sites de reproduction des moustiques au moins une fois par semaine.

E.D. (//www.lepetitjournal.com/bangkok) mardi 9 avril 2013



11/04/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres