Les trésors cachés de Pattaya

A quelques distances de la ville (mais à des années-lumière des bars A Gogo) se trouve un grand domaine consacré au bouddhisme et que peu de touristes ont l'occasion de pouvoir visiter. Ce genre de «patrie-moine» (sic) est pourtant une composante essentielle de la culture siamoise.


          Le Wat Yan Sangwararam et l’Anek Kusala Sala (Viharn Sien)
Ensemble de temples, à 17 Km au sud de Pattaya

 

Il vaut mieux avoir votre propre véhicule pour la visite sur place. Sur Sukhumvit, tournez quelques centaines de mètres après la borne du Km160, suivant le panneau situé après l'Ocean Marina et avant Nong Nooch Garden. Continuez sur quelques kilomètres et le lac entouré de pavillons religieux apparaîtra dans toute sa sérénité (il y a aussi un chalet Suisse!).

          Ce complexe religieux fut achevé en 1976, à la mémoire des deux grands rois Naresuan (1590-1605) et Tak Sin (1767-1782). 'Grand roi' est le titre officiel qui leur a rétrospectivement été attribué car ils ont notamment contribué à libérer le pays des envahisseurs birmans.

          Wat Yan est aussi dédié au Patriarche Suprême de Thaïlande, Somdet Phra Yanasangworn. Le domaine fut proclamé temple royal en 1982, sous le patronage de Sa Majesté Bhumibol Adulyadej qui avait alors démarré un nouveau programme de développement, avec un budget que l'on dit colossal, incluant une école et un hôpital (visibles de la route).

          Réparti autour de sept collines et sur une superficie d'une soixantaine d'hectares, ce groupe de temples fait partie des plus grands 'parcs' bouddhiques au monde.


          Dans un cadre bucolique qui est une véritable réserve naturelle pour la faune et la flore, agrémenté de nombreux points d'eau, il offre une grande variété de styles architecturaux: khmers, indiens, japonais…

          Goûtez à la paix de ce lieu hors du temps et propice à la méditation: laissez votre esprit se désaltérer à la source. Sinon vous pouvez toujours pique-niquer, mais ne manquez surtout pas la visite du temple chinois qui vous laissera découvrir ses splendeurs pour la modique somme de 50 bahts.

          Situé non loin du lac, cet édifice somptueux appelé Anek Kusala Sala et/ou Viharn Sien en langue pali (ou encore Ta Pu Yie en chinois), dont la construction avait débuté en 1988 sous la direction de M. Sanga Kulkobkiat un mécène sino-thaï, avait coûté la modeste somme de 220 millions de bahts. Sa Majesté le Roi (qui l'a inauguré le 24 décembre 1993) avait accordé pour ce projet un terrain de 7 raïs (plus d'un hectare) dans le domaine du Wat Yan Sangwararam dont il est le fleuron.


          Vihanra Sien signifie "demeure des dieux" et Anek Kusala Sala veut dire "pavillon polyvalent". Toute la décoration et toutes les pièces présentées au public sont un exemple frappant de mélange harmonieux entre l'art et la culture thaïe et chinoise. Car ce n'est pas uniquement un lieu de culte, c'est aussi un musée. Le gouvernement Chinois a confié plus de trois cents œuvres à M. Sanga pour qu'elles soient exposées de façon permanente, sur trois niveaux. D'autres objets d'art ont été offerts par la communauté sino-thaïe (dont certains membres vivant à l'étranger).

          On y peut admirer, entre autres, des fresques racontant la vie du Bouddha, des répliques de guerriers en terre cuite du célèbre tombeau de l'empereur Qin à Xi'an, des statues en cuivre de divinités et celles des douze animaux du zodiaque chinois, des peintures sur soie, des meubles laqués, des poteries anciennes, des dragons polychromes, une statue en jade blanc de Kuan Im (la déesse chinoise de la compassion), des vêtements traditionnels siamois à travers les siècles, des miniatures de barges royales et des attelages de la dynastie Chakri.

          D'immenses collections qui auraient certainement leur place dans un musée de Bangkok et que l'on a le privilège de pouvoir admirer ici, tous les jours de 8h à 17h. A ne pas rater si vous êtes dans la région. Les textes explicatifs sont en bilingue thaï-anglais. Pour des raisons mystérieuses, peu de publicité est faite sur cet endroit extraordinaire mais pourtant tous les visiteurs sont accueillis avec un grand sourire. Tenue correcte exigée.


[M. Sanga Kulkobkiat]

          Un peu plus loin, après d'autres temples plus modestes, les bonzes ont leurs ermitages dans la forêt clairsemée, et suivent la voie du Bouddha en se retirant du monde pour méditer. Il y a une vue panoramique depuis le magnifique petit sanctuaire en haut de la colline accessible par une route en lacets ou par un impressionnant escalier de 288 marches. Cet oratoire est supposé abriter une empreinte du pied du Bouddha.


[Photo prise d'un ULM] 

          De ce belvédère, vous pouvez admirer, à 2 Km au sud, la gigantesque image du Bouddha sur la paroi d'une colline escarpée, du nom de Khao Chee Chan (c.-à-d. le 'Mont de la nonne Chan) qui servit de carrière d'extraction de pierres pendant la guerre du Vietnam pour la construction de l'aéroport d'U-Tapao et des routes locales.


        Les étrangers disent «La colline du Bouddha» pour faire plus simple mais ce portrait de l'Éveillé a été baptisé (sic) «Phra-Phuttha-Maha-Vachira-Uttam-Opas-Satsada (Bouddha, le maître qui illumine et brille comme le diamant), par le roi Bhumibol lui-même, qui avait initié le projet courant 1976 en prévision du 50ème anniversaire de son accession au trône (le jubilé d'or), célébré en 1996.

          L'image mesure 109m de haut sur 70 de large. C'est la plus grande effigie du Bouddha au monde. Elle a d'abord été gravée en deux jours par la projection d'un rayon laser mais il fallut ensuite des mois pour incruster les contours à la feuille d'or.

 

        Coût de l'opération: environ 150 millions de bahts. Des ouvriers spécialisés (une trentaine) ont dû être formés à la varappe pour réaliser cette œuvre unique en son genre.Conçue par le Département des Beaux-arts (dans un mélange des styles Sukhothai et Lanna), elle représente le Bouddha en méditation, installé sur un lotus géant, la main gauche en son giron, paume vers le haut, et la dextre reposant sur le genou, les doigts pointant vers la terre, dans la situation dite de «Mara-Vijay» (prononcé Man-Vitchaï) ou 'Victoire sur Mara' le tentateur, qui selon la légende, essaya en vain de détourner le 'presque' Bouddha de son cheminement intérieur qui le conduisait à la libération spirituelle.

           Au pied de cette vénérable falaise, un parc a été aménagé, avec des plans d'eau, des pavillons ouverts pouvant abriter les 'pèlerins', des temples miniatures et des jardins ornementaux.

        Non loin se trouvent les vignobles du domaine Silverlake qui produisent depuis 2008 un vin de Shiraz tout à fait honnête.


550 bahts la bouteille vendue sur place
[Novembre 2008]




Avec un vrai bouchon en liège

          Autre curiosité de ce domaine: un petit amphithéâtre à ciel ouvert, en maçonnerie, a été construit au bord de l'eau. Prévu pour l'organisation d'évènements musicaux, il a déjà vu passer (en marge du festival d'Hua-Hin) des artistes comme Billy Cobham (le 13 mai 2006) et Bill Bruford (le 3 juin suivant), deux grosses pointures du «Jazz-fusion». Le premier a joué avec Miles Davis et John McLaughlin (parmi les plus connus) et le 2ème avec les groupes Yes, King Crimson et Genesis, entre autres... Il n'y a pour l'instant pas de programmation régulière mais cela prouve que Pattaya peut offrir autre chose que ce pourquoi elle est connue…

                                                          Raymond Vergé

Voir la magnifique galerie de photos
sur le site de Silverlake:

http://www.silverlakethai.com/

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

The Japanese new age music maestro Kitaro will perform the concert, "The Silk Road – East & West", in Pattaya, Thailand at Saturday March 26, 2011 at the Silverlake Vineyard, Pattaya.

Kitaro (born 04.02.1953), became the world's famoust New Age musician and won the Golden Globe and Grammy Award. 

When asked about his music, he said, "I never had education in music, I just learned to trust my ears and my feelings." He credits "powers beyond himself" for his music, saying, "This music is not from my mind. It is from heaven, going through my body and out my fingers through composing. Sometimes I wonder. I never practice. I don't read or write music, but my fingers move. I wonder, 'Whose song is this?' I write my songs, but they are not my songs".
More about the Kitaro Concert in Pattaya in our Thailand Events Calendar

 http://www.thai-eyes.com/thailand/kitaro-new-age-in-pattaya-thailand/

 http://www.youtube.com/watch?v=eWnpkz-z8_4


Watch free Kitaro Music Videos @ www.SortMusic.com
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Pattaya Taxi-meter: 038-368-113

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
JOMTIEN - SOI CHAYAPRUEK - 05/10/09 
Une DS 23 Pallas apparemment en train de pourrir sur place...



24/07/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres