Success Story : Florent Pellegrin

            Après le temps des fleurs, Florent Pellegrin s'est expatrié en Thaïlande mais rapidement, il a dû se reconvertir dans la récupération de cartouches vides. Il est aujourd'hui à la tête d'une petite affaire… florissante.
         

          En 1976 à Lyon, âgé de 20 ans et muni de son brevet de Technicien Agricole (option floriculture), le bien prénommé Florent Pellegrin commence sa carrière de fleuriste et se retrouve en quelques années à la tête de 6 boutiques. Il organise des formations au métier d'artisan fleuriste et, dès 1994, dirige la chaîne Atout Fleurs dont la mission est la vente de boutiques et l'implantation (sic) d'agences florales au niveau national. Ce poste à responsabilité lui permet d'apprendre le subtil métier d'acheteur-importateur et d'acquérir une bonne expérience des procédures de fret aérien et maritime, outre la comptabilité et les relations avec les producteurs.

          En 1990, il crée la Siamex, une société d'import-export ayant pour vocation le commerce de fleurs artificielles et d'accessoires ornementaux ainsi que des orchidées (vivantes) et des bonsaïs de Thaïlande et des Philippines. Cette nouvelle aventure lui permet de se familiariser avec la Thaïlande et il finit par s'installer sur Sathorn, à Bangkok, en 2000.

          Mais contre toute attente son entreprise ne fait pas florès (!) au pays du sourire et il décide alors de se reconvertir dans la récupération de cartouches d'encre vides pour les vendre à l'export (Singapour et USA). En 2002, l'idée a fait son chemin et, afin d'avoir les coudées franches, il vient s'isoler à Banglamung, au nord de Pattaya. Il y monte un atelier dans lequel il conçoit et met au point une première machine à remplir les cartouches. Très vite, il trouve un marché et commence à travailler avec MEMOREX France pour la SNCF.

          C'est le début de la réussite. Au printemps 2004, toujours au nord de Pattaya, il achète un terrain de 3 raïs (4800 m²) et finance la construction d'une petite usine de 500m², flanquée d'un immeuble de 14 chambres pour loger son personnel. D'autres machines, plus perfectionnées et bourrées d'électronique voient le jour.

         

          En août de la même année, il a son stand à la 9ème «World Expo» (Las Vegas, Nevada, USA) organisée par le prestigieux «Recharger Magazine's». Il y présente ses différentes machines et les commandes affluent. Maintenant, il exporte 99,8 % de sa production dans 54 pays (dont le Vanuatu !). Il est le 5ème constructeur dans le monde (3 aux USA, 1 en Turquie). Présent désormais en France (près de Lyon) et en Grande-Bretagne (Manchester), il est le 1er et unique constructeur européen et, pionnier reconnu, devient une référence dans son domaine.

          Il travaille en partenariat avec un réseau de correspondants disséminés à travers le monde : Pays-Bas, Italie, Roumanie, Grèce, Émirats Arabes Unis, Inde, Indonésie, Malaisie, États-Unis, Nouvelle Calédonie…

          Dans son «laboratoire» de Nong-Pha-Lai (Banglamung), ses employés recyclent de 12 à 15 000 cartouches par mois, comprenant lavage, nettoyage, remise à neuf, tests électroniques et remplissage (toutes marques, dont Hewlett Packard, Lexmark, Canon et Epson).

         

          Suivant les commandes, ses ateliers fabriquent et exportent de 12 à 20 machines par mois (certifiées aux normes de la CE), avec les accessoires dérivés, pour un chiffre d'affaire annuel qui fleurte (enfin !) avec le million d'euros.

          Partageant son savoir-faire, il donne sur place des formations professionnelles facturées 40 000 bahts/jour (vidéos et CD-Roms à l'appui), crée en 2003 l'association des «re-manufactureurs» thaïlandais (Printer Cartridge Remanufacturers' Association  of Thailand) et devient membre de l'«Export Promotion» de Thaïlande.

         

          A la question «Quel est le secret de votre succès ?», il répond simplement: «J'ai pris la bonne initiative au bon moment. Le recyclage de consommables informatiques est un domaine très lucratif en pleine expansion. Depuis l'an 2000, le marché a explosé et j'arrive à peine à satisfaire les demandes de toutes sortes qui m'arrivent, grâce à l'Internet et au bouche-à-oreille, des quatre coins du monde. Heureusement, je suis très bien secondé par mon épouse thaïlandaise, Kookaï, qui s'occupe de tous les problèmes administratifs et me soulage d'un lourd fardeau».

                            Raymond Vergé

Pour en savoir plus:


+++++++++++++++++++++++++++



12/03/2008
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres