Pattaya ou le paradoxe francophone

           Alors que la langue française est plus que jamais reléguée au second plan en Thaïlande derrière l'anglais (sans parler du… chinois), il y a quand même une certaine volupté à être étranger et francophone au royaume de Siam en ce début du 21e siècle. A Pattaya, en tout cas, c'est ce que déclarent bon nombre de gens 'de chez nous', mais ils ne sont pas tous francophiles…

Avec maintenant près de 1 200 résidents français immatriculés au consulat de Bangkok, Pattaya commence à peser d'un certain poids au niveau franco-thaï, sans compter les non-inscrits et ceux qui viennent régulièrement passer l'hiver (y compris nos cousins belges, luxembourgeois, québécois et suisses).

M. Laurent Bili, ex-ambassadeur de France, et Pascal Français (de son vrai nom):
les deux faisaient la paire (Pascal est décédé le 23/10/10)...
 

Lors de la Fête Nationale, en juillet 2008, M. Laurent Bili, à l'époque ambassadeur de France en Thaïlande, avait d'ailleurs très justement salué le Club Ensemble (près de 500 adhérents à ce jour) comme étant la plus importante et la plus dynamique des communautés francophones d'Asie.

Mais depuis quelques mois, le Club tente de faire son «aggiornamento» (mise à jour), suite à des dissensions parmi les membres du Bureau. Une crise passagère que traversent la plupart des associations, même de bienfaiteurs.

C'est dans ce contexte, et à l'heure du débat sur l'identité nationale qui fait rage dans l'Hexagone, que nous avons recueilli des témoignages de francophones «pattayens», au hasard des rencontres, et le résultat de l'échantillonnage est assez surprenant.

La question était simplement: «Comment vivez-vous le fait d'être un francophone [exilé, volontaire ou non] en Thaïlande?».

          Premier sondé, Antoine Detraz est un Savoyard chargé de mission auprès d'une grande banque internationale. Il analyse les demandes de prêt émanant de sociétés implantées à travers toute l'Asie. Chaque dossier porte sur des dizaines de millions d'euros. Installé à Pattaya où il vit en famille, son regard s'affûte au gré de ses nombreux voyages.

          Pour lui, il n'y a ni avantages, ni inconvénients: «Parler français reste neutre dans l'environnement thaïlandais. La langue française est associée aux enseignes de luxe qui fleurissent partout (alimentation, maroquinerie, couture, parfums, résidences haut de gamme) mais dans les faits cela nous sert peu. Je ne pense pas que cela diffère avec l'allemand ou le syldave (sic).


          Par contre, les anglophones ont clairement un vrai avantage... comme partout. La France vit mal son déclassement international et beaucoup de compatriotes ont fui la France ou du moins ce qu'elle est devenue (immigration, ambiance dans les entreprises, fiscalité, insécurité, mariages en crise, féminisme, cherté de la vie, logements exigus et hors de prix, vie grise et sans avantages) pour venir dans des pays comme la Thaïlande.


          Ils restent volontairement éloignés de tout ce qui leur rappelle ce passé qu'ils sont venus oublier ici. Beaucoup rentrent très peu au pays... Les personnes (amis, famille, proches) leur manquent, mais pas leur patrie... Il y a vraiment un rejet chez certains Français... un peu comme dans un couple brisé.... Il faudrait en parler avec des psychothérapeutes francophones exerçant en Thaïlande.


          En outre, les Français (à part Zidane!) n'ont pas très bonne réputation: à ma grande surprise, j'ai remarqué que de plus en plus de compatriotes se font passer pour Suisses ou Belges auprès des Thaïlandais car la faune des cités de banlieue a terni notre image. J'ai même eu un refus d'un hôtel à Phuket qui ne voulait pas m'accepter parce que des «djeuns» avaient mis la panique le mois précédent.


          J'ai rencontré un couple d'hôteliers français à Koh Samui qui me disaient ne pas louer aux Français. Ce rejet, voire cette haine, est à mon avis l'explication centrale du désintérêt de la francophonie par les Français eux-mêmes. Ceci n'est pas spécifiquement français d'ailleurs: je l'ai rencontré chez des Allemands ou des Américains... Amour déçu expliquant l'expatriation? Fuite d'une vie où ils ont échoué? D'un pays qui ne leur a pas donné la place qu'ils pensaient mériter?


          J'avoue que la seule idée de rentrer en France me fait froid dans le dos... Bizarre car c'est mon pays après tout mais je le vis comme une mère ingrate qui ne m'a pas concédé le dixième de ce que la Thaïlande m'a offert. Ma patrie de cœur c'est ici, pas là-bas.» (Fin de citation)

          Patrick Borruel est un chef d'entreprise basé à Pattaya: «La France? En treize ans je n'y suis allé qu'une fois, pour une semaine, à l'occasion d'un Noël, uniquement pour voir mes parents, parce que quand tu vis longtemps ici et que tu vas là-bas, tu déprimes.

          En 1993, à Paris, j'avais un CDI dans une boîte qui marchait bien (et qui existe encore). Aucun souci pour l'avenir. Mais je voulais travailler à l'étranger. J'ai répondu à des annonces et passé des entretiens. Un connard de sous-traitant français pour Nouvelles Frontières m'a dit que j'étais trop vieux. TROP VIEUX A 40 ANS! C’est quoi ce pays de fous?!

          Je suis parti quand même, avec mon pécule. Bien m’en a pris. Je suis tombé amoureux de la Thaïlande où les gens me considèrent comme un être humain à potentiel normal en dépit de mes cheveux blancs.

          J'ai maintenant 57 ans. J’ai trouvé ma place: on m’a offert un poste correspondant à mes compétences, malgré mon statut de sénior-dinosaure.

Depuis 13 ans, je vis dans un pays merveilleux où les autochtones sont adorables et j'ai une bonne situation. En France, je ne serais qu'une sous-merde. Ici, j'ai un statut, je donne de l'emploi, je fais vivre une famille…

          La France, c'est fini pour moi... J’ai pris le métro pendant 10 ans à Paris: soupe à la grimace tous les matins. Ici, que du bonheur: les gens sourient, gratuitement, spontanément, c’est dans leurs gênes. Maintenant, mon pays, c'est la langue française, et j'y suis très bien.

          En France, les arabo-musulmans sont en train de nous la mettre bien profond. Comme en Afghanistan, la guerre est perdue d'avance, inutile de lutter, c'est foutu... L'Occident, jadis arrogant et triomphant, est au bout du rouleau. Grandeur et décadence.

          La crise économique mondiale (venue des pays riches) en est un symptôme évident. C’est le déclin (comme l’empire romain). Question de cycles... qui durent des siècles! Notre génération s'éteindra avant la chute finale. Les suivantes se démerderont. Je veux mourir en Asie. Rien qu’à cette idée, je me sens déjà mieux... Ouf!».

Éric Maes a toujours une activité professionnelle en Wallonie mais vient passer toutes ses vacances à Pattaya depuis des années: «Crois-moi, quand tu reviens de Thaïlande en Belgique, tu pleures comme un chiot... Et je ne suis pas le seul! (hihihihhi, comme ça j'ai pas honte)... Car vraiment là-bas tout me manque: les sourires, les regards, la douceur, la logique de fonctionnement et tutti quanti...».


          François Rinaldi est installé ici depuis 20 ans: «Le Français de Pattaya a un problème, il est devenu francophone. Ce n'est qu'un anonyme parmi tous les étrangers. A Pattaya, le Français de France n'existe pas, il est noyé dans la masse».

          Ronald Grimberg passe près de 6 mois par an à Pattaya: «Je suis un Français parfaitement francophobe. En général, si j'entends parler français hors de France, je change de trottoir. La défense de la francophonie ne me semble pratiquement rien d'autre que de l'autothérapie pour 90% des Français qui se complaisent dans une des infirmités nationales: le fait de ne pas savoir les langues étrangère».

          Christophe Dubourg, un jeune père de famille dit préférer mettre sa fille de 8 ans dans une école thaïlandaise en expliquant qu'il a l'intention de rester vivre ici et ne voit pas l'intérêt pour elle d'apprendre que nos ancêtres étaient les Gaulois. Il lui semble plus logique qu'elle étudie la culture thaïlandaise, avec l'anglais en parallèle, beaucoup plus utile, et payer des cours particuliers de français pour compléter l'enseignement qu'il donne lui-même à sa fille. Il choisit d'économiser maintenant sur l'école pour pouvoir plus tard financer des études supérieures.

           Les avantages de vivre ici? Le climat est agréable toute l'année, les Thaïlandais sont souriants et en plus ce n'est pas cher. Tout le contraire de la France…

           Daniel de Toulon y voit une autre raison non négligeable: «Ici nous sommes respectés d'abord en tant qu'êtres humains et ensuite parce que nous sommes considérés comme des expatriés ou des touristes ayant un bon niveau d'instruction et surtout un fort pouvoir d'achat. Rien à voir avec la façon dont sont perçus les immigrés en France… Et ici, on ne risque pas de se faire casser ou brûler la voiture…». Citations verbatim.

Raymond Vergé (Décembre 2009)

 

31/12/09 à minuit: Célébrations du Nouvel An sur la plage de Jomtien

Aucun incident particulier cette nuit-là en Thaïlande...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[France] Bilan de la Saint-Sylvestre 2009: 1137 voitures brûlées

          Le nombre de voitures incendiées pendant la nuit de la Saint-Sylvestre a «légèrement diminué» par rapport à l'année dernière. Le bilan s'élève à 1137 véhicules brûlés contre 1 147 l'année dernière. Ce qui fait dire au ministère de l'Intérieur que le passage à 2010 s'est déroulé dans une ambiance «calme». À Strasbourg, ville symbolique traditionnellement touchée par les incendies de voitures lors du passage à la nouvelle année, on a compté entre 50 et 60 véhicules brûlés, contre environ 70 pour la fin 2008.

Voitures brûlées le soir de la Saint-Sylvestre 2009 à Strasbourg

          Quelques chiffres ont été publiés par le ministère de l'Intérieur: 405 personnes ont été interpellées durant la nuit et 398 placées en garde à vue, «dont de nombreux incendiaires de véhicules», selon l'Intérieur. L'an dernier 288 personnes avaient été interpellées et 219 placées en garde à vue. Place Beauvau, on rappelle que les incendiaires pour ce délit «deux ans d'emprisonnement» et d'une amende qui s'élève à «30 000 €».

Jeudi (31/12/09) soir, dans le quartier toulousain de Bagatelle.

Photo DDM. Thierry Bordas.

          Pour le nouvel an version 2010, si aucun dégât n'a été constaté sur les biens immobiliers publics et privés dans l'Hexagone, 11 policiers ont toutefois été blessés. À Paris, sur les Champs-Élysées, la foule a été moins nombreuse que l'an dernier avec 200 000 personnes, contre 550 000. Une moindre affluence qui a permis le redéploiement d'effectifs sur les trois départements de la petite couronne, c'est-à-dire les départements de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne. Dans ces départements, un important dispositif avait été mis en place, en particulier pour prévenir les feux, par un travail de repérage, d'enlèvement des épaves de véhicules, de visites des parties communes des immeubles. Le bilan de Saint-Sylvestre a été accueilli avec « circonspection » par le Parti socialiste. « Comme tous les ans, le premier communiqué du Ministère de l'Intérieur est minimaliste », écrit Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère et secrétaire national à la sécurité. Et de rappeler que le 1er janvier 2009, en fin de matinée, le ministère de l'Intérieur annonçait «445 voitures calcinées avant d'être contraint de le revoir en soirée avec 1 147 voitures incendiées».

//www.ladepeche.fr/article/2010/01/11/752306-Au-moins-quinze-voitures-degradees.html#xtor=EPR-1

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Publié le 11/01/2010 03:47 - Modifié le 11/01/2010 à 08:00 | LaDepeche.fr

Au moins quinze voitures dégradées

Délinquance. Dans la nuit de samedi à dimanche, vers l'avenue de Muret.

La voiture d'une victime hier dans le quartier de la Croix-de- Pierre. Photo DDM, D.Pouydebat.
 

Colère de nombreux propriétaires de voitures hier matin dans le quartier Croix-de-Pierre, non loin de l'avenue de Muret.

Dans la nuit de samedi à dimanche, au moins quinze véhicules ont été dégradés et des vols ont été constatés dans les habitacles. Des vols à la roulotte rue Berthomieux, rue Cahuzac, rue des Graviers et rue Lafage. Les voitures étaient garées sur des places de stationnement et ce matin, les propriétaires ont découvert des bris de glace sur des vitres, côté passager et conducteur. Des autoradios et de nombreux autres objets ont disparu. Les victimes ont déposé plainte au commissariat. Les vols à la roulotte se sont multipliés ces derniers mois dans les quartiers de la ville.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

LEMONDE pour Le Monde.fr | 05.01.11

Plus de 40 000 véhicules auraient été incendiés en 2010 sur l'ensemble du territoire français. AFP/FREDERICK FLORIN

           La polémique sur le bilan des véhicules incendiés lors du Nouvel An masque la banalisation du phénomène tout au long de l'année. Plus de 40 000 incendies ont ainsi été comptabilisés en 2010 par le ministère de l'intérieur sur l'ensemble du territoire, un chiffre dans la moyenne de ces dernières années mais sans commune mesure avec la situation de la fin des années 1990, lorsque le phénomène a commencé à se répandre.

             Les dates symboliques des 14 juillet et 31 décembre continuent de concentrer un nombre particulièrement important d'incidents. Pour le dernier Nouvel An, des sources policières ont fait état de 900 à 1 000 véhicules incendiés – un chiffre invérifiable par des sources indépendantes –, soit une légère diminution par rapport aux années précédentes où les incendies avaient atteint des sommets avec plus de 1 100 véhicules partis en fumée en 2009 et 2010.

           Le nombre d'incendies reste toutefois nettement plus élevé que dans les périodes précédentes. Pour la nuit du Nouvel An, l'intérieur recensait 300 incendies au milieu des années 2000, puis 400 en 2007 et près de 900 en 2008. Même marquée par une légère baisse, le début d'année 2011 se situe ainsi dans les plus mauvais résultats enregistrés depuis vingt ans.

Luc Bronner

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

News image

EXPATRIATION SPONTANEE - J'ai tout lâché pour partir à l'étranger

"Partir c'est mourir un peu", écrivait Alphonse Allais. Des milliers de Français font pourtant ce choix chaque année, et parfois du jour au lendemain. Qu'est-ce qui les pousse à vouloir partir si rapidement ? Portraits robots de ces expatriés très ... Lire la suite

Lundi, 2 Mai 2011 | Commentaires 

EXPAT – Qu'est-ce qu'il vous manque le plus (et le moins) de la France ? 
Vous avez été nombreux à nous donner votre témoignage et nous vous en remercions. Il apparait que cette question, anodine au premier abord, soulève des débats passionnés, en cela qu'elle définit, au fond, ce qu'est la France pour chacun d'entre vous. Mentalité des Français, diversité alimentaire ou des paysages, grèves, système de santé, voici votre avis. MPP (www.lepetitjournal.com) lundi 4 juillet 2011  (réédition de l'article du lundi 29 novembre 2010)



02/01/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres